ID Sein
ID Sein

Généralités du cancer du sein

C’est le cancer féminin le plus fréquent en occident (plus d’une femme sur neuf en France).
Du jour au lendemain, alors que vous vous sentez en parfaite santé, quelqu’un vous annonce qu’une petite boule, souvent impalpable, peut menacer votre vie. Vous allez devoir faire face : choisir l’équipe qui va vous traiter, affronter votre entourage, rassurer vos enfants, gérer votre vie professionnelle... et vous traiter.

Cette maladie fait d’autant plus peur qu’elle est répandue ; tout le monde connaît quelqu’un qui connaît quelqu’un qui… et de comparer des histoires qui n’ont rien à voir entre-elles…
Car il n’y a pas un, mais des cancers du sein, et le traitement qui va vous être proposé est souvent complexe et multidisciplinaire.

Certaines femmes arrivent à se faire traiter « sans se poser de questions », mais beaucoup ont besoin d’en savoir le plus possible pour comprendre les choix thérapeutiques qui leur sont proposés. Ces pages leur sont destinées.

L’équipe de l’Institut du sein
L’équipe de l’Institut du sein

Les traitements progressent

Quelques chiffres sur le taux de survie à cinq ans pour les cancers du sein.

1960 :

  • Tous stades confondus : 64 %
  • Cancers localisés au sein : 84 %
  • Cancers avec atteinte des ganglions lymphatiques : 54 %
  • Cancers métastasés : 7 %

1980 :

  • Tous stades confondus : 75 %
  • Cancers localisés au sein : 90 %
  • Cancers avec atteinte des ganglions lymphatiques : 69 %
  • Cancers métastasés : 10 %

2000 :

  • Cancers tous stades confondus : 85 %
  • Cancers localisés au sein : 96,5 %
  • Cancers avec atteinte des ganglions lymphatiques : 77 %
  • Cancers métastasés : 21,4 %

Cette classification est établie en fonction de l’atteinte ganglionnaire et de l’existence de métastase et ne tient pas compte de l’histologie du cancer, c’est-à-dire des particularités des cellules cancéreuses, qui constituent la « carte d’identité » du cancer.


Les traitements ont évolué

Chirurgiens - traitements évolutifs - chirurgie moins mutilante

La chirurgie est moins mutilante.

  • Dans 70 % des cas, on peut réaliser un « traitement conservateur » : tumorectomie (ablation de la tumeur) + radiothérapie et parfois chimiothérapie. Lorsque la tumorectomie est réalisée par un chirurgien spécialisé, le sein opéré garde presque toujours un aspect normal.
  • La mastectomie n’est actuellement nécessaire que dans 30 % des cas.
  • La reconstruction du sein est toujours réalisable, elle est plus esthétique aujourd’hui grâce à la technique du filling.

La prise en charge est de plus en plus souvent pluridisciplinaire. En multipliant les mécanismes d’actions sur le cancer, on augmente les chances de guérison. Même si l’essentiel du traitement consiste à retirer chirurgicalement la tumeur, la chirurgie est de plus en plus fréquemment associée à une chimiothérapie, à une radiothérapie, à des traitements antihormonaux…

Les traitements sont de plus en plus ciblés. Ils sont adaptés à chaque cancer, en fonction de son stade, de ses caractéristiques et des paramètres individuels de la patiente. Des protocoles sont définis au cours de réunions de consensus nationales et internationales ; ils sont ensuite systématiquement rediscutés au cas par cas lors de réunions de concertation pluridisciplinaire (RCP) rassemblant toute l’équipe : chirurgiens, infirmières, Anatomo pathologie, chimiothérapeutes, gynécologues, radiothérapeutes et radiologues.