Dr Jenny-Claude Millochau

Le Dr Jenny-Claude Millochau vous parle du ganglion sentinelle

Prendre rendez-vous

Dr Jenny-Claude Millochau Chirurgie cancérologique et reconstructrice

Lorsque l’on prend en charge une patiente pour un cancer du sein, on va lui expliquer qu’il y a un cancer dans le sein, mais que le drainage lymphatique se fait par le creux axillaire. On a des ganglions sous le bras qui drainent le sein et donc on va expliquer aux patientes qu’il y aura deux actes chirurgicaux concomitants. Il va y avoir l’exérèse de la tumeur dans le sein, avec des marges de sécurité.

On va utiliser pour ça des techniques, donc on plastie parfois. Et puis on va réaliser un geste également axillaire, associé parce que ces ganglions vont être le point de drainage du sein. Et on doit savoir si le cancer et a atteint la zone axillaire. Et pour ça, le plus souvent, on est amené à réaliser un ganglion sentinelle. Le ganglion sentinelle, c’est le plus souvent une technique.

On utilise une double détection ce qu’on appelle, c’est à dire qu’on va utiliser un colorant bleu qu’on injecte dans le sang au moment du bloc qui va migrer dans les ganglions. Donc, les ganglions, et notamment le ganglion sentinelle vont devenir bleus. Donc quand on va ouvrir, on va repérer un ganglion bleu et on injecte la plupart du temps la veille un produit isotopique qui se traduit pendant le bloc par un petit bip lorsqu’on passe une petite son de détection au contact.

Et donc nous, on va réaliser le geste sur le sein si possible. Un traitement conservateur, sinon une mastectomie ? Les modalités vont être discuté avec la patiente en fonction de la taille de la tumeur, des caractéristiques de la tumeur. Et puis on va associer la recherche du ganglion sentinelle et le ganglion sentinelle. C’est le plus souvent une incision dans le creux axillaire.

On va repérer, on dit toujours le ganglion sentinelle, mais en fait, il y en a souvent deux ou trois. Donc on va repérer les ganglions sentinelles, on va les prélever. Ces ganglions vont pouvoir être analysés soit pendant le bloc opératoire même, soit à distance et vont nous guider pour les traitements complémentaires. Si le ganglion sentinelle est envahi, effectivement, on discutera de compléter le geste par un curage axillaire et ça nous guidera pour les traitements complémentaires à type de chimiothérapie, radiothérapie, hormonothérapie.

Le gros bras, c’est que lorsqu’on enlève tous les ganglions sous l’aisselle qui drainent donc toute la lymphe, la lymphe va s’accumuler dans le bras et le bras va grossir et va être émacié. Et ça peut entraîner une lourdeur, une gêne fonctionnelle, des douleurs et donc techniquement, chirurgicalement. On a amélioré la réalisation de nos curage en faisant des curage, peut être un peu moins extensif, un peu moins extensif, mieux codifié.

Prendre RDV sur
Prendre RDV sur
Urgence Sein